Étant à la direction des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) depuis maintenant cinq ans, j’en arrive à m’initier à l’univers des moyens de communication qui évoluent sous ses différentes formes. C’est d’une grande importance, car des communications bien développées peuvent rejoindre bien plus de monde et ainsi aider la mission d’annoncer l’Évangile tout comme l’éclosion de la charité.

Récemment, j’ai eu la chance d’organiser, avec notre équipe en communications, une formation virtuelle de cinq jours adressée au personnel des directions des OPM de 23 pays à travers le monde. Le thème portait sur la communication, la charité et les collectes de fonds. Grâce à un sondage effectué auprès des participants, j’ai pu prendre conscience des défis de l’heure en matière d’utilisation d’outils de communication modernes, à peu de frais, et qui peuvent servir notre cause.

Ayant souvent des budgets limités et, par conséquent, un personnel limité, les participants à la formation ont toutefois démontré toute leur capacité à bâtir un plan de communication avec des objectifs clairs et réalistes, s’outiller pour mieux faire les choses et développer de meilleures pratiques dans le domaine des communications.

Comme nous l’avons découvert au cours de la formation, il y a tout un contraste entre le Dicastère pour les communications du Vatican et ses plus de 500 employés, et un service des communications d’une Église locale! Tout comme celui entre notre service des communications aux OPM au Canada francophone et son investissement annuel, et celui de mon confrère au Madagascar, par exemple. Malgré ces différences notables, il reste un devoir de partage. D’où l’importance d’avoir pris le temps, tout au long de cette formation, de partager nos expériences mutuelles et nos connaissances acquises, afin d’évoluer ensemble.

C’est ainsi que le père Benoît Kouassi, depuis la Côte d’Ivoire, nous a fait réfléchir sur les communications et la charité missionnaire, assis sous un arbre à l’abris du soleil et de la chaleur, alors que je venais de saluer les quelque 65 participants en direct de Montréal, avec une température qui oscillait autour de -20 degrés Celsius! Notre équipe, elle, présentait le tournant communicationnel entrepris depuis 3 ans chez nous, partageant l’expérience concrète de notre vécu. Et Jean-Paul Kayihura, un Rwandais travaillant à Radio-Maria, présentait cette station radio dont la mission est claire, autant dans ses valeurs que dans son style et son choix de programmes diffusés à travers plus de 85 pays.

Romilda Ferrauto, depuis le Dicastère des communications, a rappelé d’un ton convaincant que c’est toute l’Église qui existe pour communiquer la Bonne Nouvelle! Ainsi, elle nous a fait prendre davantage conscience que la communication est une participation à notre mission universelle, et nous a invités à embrasser les défis actuels comme un véritable ministère multimédia, en synergie et convergence les uns avec les autres.

Alors, bien outillés, nous pouvons entrer en dialogue avec tant de gens et créer une communauté qui devient partenaire de notre cause, dans l’objectif assumé de bâtir sur Terre le royaume de celui qui nous envoie en mission!

 

Père Yoland Ouellet, o.m.i
Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires au Canada francophone

 

Vous aimez ce que vous avez lu ? Abonnez-vous à notre infolettre pour rester informé sur notre actualité.

 Vous aimerez aussi

La nuit porte conseil

La nuit porte conseil

Il nous reste encore des certitudes, quoique, avec les dérèglements climatiques… Le printemps est inscrit au calendrier de ce mois. À défaut de sortir de la pandémie qui nous tient sous sa griffe...

lire plus