La voie de la béatification s’ouvre pour Pauline Jaricot

 

Montréal, 29 mai 2020 – Le 26 mai dernier, le pape François a autorisé la promulgation du décret qui reconnaît le miracle attribué à Pauline Jaricot (1799-1862), ouvrant ainsi la voie à la béatification de celle à l’origine des Œuvres pontificales missionnaires (OPM).

Cette nouvelle est source de grande joie pour les OPM dans le monde entier, selon leur président Mgr Giampietro Dal Toso. Bien qu’il précise ne pas encore avoir de date pour une possible béatification, Mgr Dal Toso se réjouit de l’annonce.

« Nous tous, qui faisons partie des OPM, sommes particulièrement heureux car cette annonce signifie que le charisme de prière et de charité qui a caractérisé toute notre activité est également reconnu », explique le président.

En effet, la béatification de Pauline Jaricot, une laïque, mettra en lumière l’une des figures missionnaires les plus importantes des derniers siècles. Grâce à elle, les OPM constituent aujourd’hui le réseau mondial de prière et de charité pour la mission de l’Église, au service du Pape. Leur présence s’étend dans plus de 120 pays sur les cinq continents.

« C’est une femme de foi qui en a inspiré tant de personnes à développer l’esprit missionnaire, déclare le directeur national des OPM au Canada francophone, le père Yoland Ouellet, o.m.i. « L’Église a besoin de modèles comme Pauline Jaricot pour mener à bon port la mission de tous les baptisés. »

Une femme laïque au cœur universel

Née à Lyon (France) au sein d’une famille aisée, Pauline Jaricot perd sa mère à l’âge de 15 ans. Deux ans plus tard, elle vit une conversion et fait le choix de vivre dans la simplicité et de se consacrer aux pauvres. Jaillit ensuite son désir de soutenir les missionnaires à l’étranger. C’est alors qu’elle crée un réseau de prière et de collecte de fonds pour les missions. Elle n’a que 22 ans quand, le 3 mai 1822, son idée première – qui la dépasse, tellement elle a pris de l’ampleur – devient l’Œuvre de la propagation de la foi¹, dont elle s’assure tout de même de conserver le caractère universel qu’elle avait toujours souhaité. Le zèle de la jeune Pauline est tel qu’elle inspire la fondation de trois autres associations missionnaires. À partir de 1922, elles deviennent les Œuvres pontificales missionnaires, centralisées à Rome où elles sont au service du Saint-Père.

Le miracle attribué à Pauline Jaricot

Le miracle attribué à l’intercession de la future bienheureuse est survenu en 2012, année marquant le 150e anniversaire de sa naissance. Il s’agit d’une fillette qui avait 3 ans, à l’époque. Elle avait perdu connaissance à la suite d’un étouffement lié à un mauvais transit de nourriture. Hospitalisée dans un état critique après une asphyxie et un arrêt cardiovasculaire de 20 minutes, l’enfant est considérée comme perdue. Malgré l’arrêt des traitements par les médecins, la famille refuse de mettre un terme à l’alimentation artificielle. Une neuvaine à Pauline Jaricot est faite. Peu après, la petite fille se réveille, mais dans un état cérébral très dégradé ouvrant à un pronostic d’état végétatif irréversible. Pourtant, elle connaîtra, contre toute attente, une guérison totale².

¹ Outre l’Œuvre de la propagation de la foi, Pauline Jaricot crée, entre autres, le mouvement du Rosaire vivant en 1826 afin de prier pour les missions.

² Source : paulinejaricot.opm-france.org

– 30 –

Source :

José I. Sierra, responsable des communications

Téléphone : 514 844-1929 | sans frais : 1 866 844-1929

communications@opmcanada.ca

Pour plus d’informations ou une demande d’entrevue, veuillez contacter : 

 

Jean-Nicolas Desjeunes  

Torchia Communications

514 998-0884   

jnd@torchiacom.com